Presse > A l'écoute des parents et des ados

A l'écoute des parents et des ados

Publié le 14/10/2012 par Maison des parents

Ses bénévoles proposent leur médiation dans les conflits entre générations. La Maison des parents et des ados rayonne bien au-delà de Trélazé.

Cela fait sept ans maintenant que les bénévoles de la Maison des parents et des ados sont à l'écoute des détresses familiales Inter' générationnelles, petites et grandes. D'abord dans un appartement des Plaines, puis dans les locaux qui leur ont été attribués au centre social Ginette-Leroux en 2006. Règle de base à l'égard des personnes qui les sollicitent, la confidentialité et l'anonymat sont garantis. Leur réactivité aussi!

Membres de l'association

Trélazé, centre Ginette Leroux. Les bénévoles de l'association reçoivent parents et ados en toute confidentialité dans leur centre d'accueil, avenue de la République à Trélazé

Une écoute qui permet de libérer la parole

Ils sont une dizaine, à tour de rôle en permanence à l'écoute, de leur téléphone d'abord, des personnes ensuite "il n'est pas rare qu'un coup de fil soit suivi d'un entretien immédiat" expliquent-ils. Leur fonctionnement passe par une écoute attentive du mal-être exprimé. Souvent celui de parents Inquiets devant le comportement de leur enfant.

Dans une société Individualiste, où précarité familiale, professionnelle et sociale altèrent les rapports d'autorlté et pèsent de plus en plus sur les relations entre parents et enfants, les sollicitations vont en augmentant. "En 2009, nous avons réalisé 330 entretiens. En 2010, nous en étions à 265 après seulement six mois".

De janvier à juin 2010, 85 personnes ont été écoutées, 46 jeunes et 39 adultes. L'augmentation de la proportion des jeunes par rapport aux autres années tient à deux phénomènes. Si le premier rendez-vous est pris par un adulte, en général la mère, les suivants le sont en compagnie d'un ou de plusieurs enfants. Par ailleurs, le travail de médiation de la Maison des parents et des ados a trouvé un réel écho dans les établissements scolaires et auprès des professionnels de la santé qui adressent des jeunes à l'associatlon.

Pas de fatalité sociale

La Maison des parents et des ados rayonne bien au-delà de Trélazé. Sur les six premiers mois de 2010, dix personnes venaient de Trélazé, 38 d'Angers ou des autres communes de l'Agglo, 27 du reste du Maine-etLoire, un d'un département voisin et neuf n'avaient pas précisé leur lieu d'habitation.

"Contrairement aux préjuges, il n'y a pas de fatalité sociale : les gens qui viennent nous voir sont issus de tous les milieux." Et les symptomatologies de plus en plus lourdes. Ainsi, au cours du premier semestre 2010, les bénévoles ont adressé 27 personnes au psychanalyste professionnel de l'association, contre 38 pour toute l'année 2010.

Pour autant, ils ne renoncent pas car leur écoute permet bien souvent de libérer la parole, la seule à pouvoir résoudre les problèmes relationnels entre adultes et adolescents au sein d'une famille. Cette parole qu'utilisent eux-mêmes les bénévoles de l'association au cours des indispensables réunions de régulation ou lors des ouvertures vers les collèges, les lycées ou les maisons familiales rurales, à l'écoute des jeunes et de leurs préoccupations.

  • accueil /
  • Ecoute /
  • accompagnement /
  • gratuité /
  • anonymat /
  • libre accès /